Grands projets

Plan Climat

La Communauté d'agglomération Paris-Saclay s'engage dans l'élaboration de son Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) afin de préserver la qualité de l'air, lutter contre le changement climatique et en réduire les impacts.

Qu'est-ce que le Plan Climat Air Énergie Territorial ?

Le Plan Climat Air Énergie Territorial (PCAET) est un projet territorial de développement durable. Il constitue le plan d’actions, à l’échelle de l’agglomération, pour atténuer et s’adapter au changement climatique. Le PCAET prend en compte l’ensemble de la problématique climat-air-énergie autour de plusieurs axes d’actions :

  • la réduction des émissions de gaz à effet de serre
  • l’adaptation au changement climatique
  • la sobriété énergétique
  • la qualité de l’air
  • le développement des énergies renouvelables

Quels sont les acteurs mobilisés pour le Plan Climat ?

C’est la Communauté d’agglomération qui est chargée de coordonner et de mettre en place le PCAET sur son territoire, conformément à la loi relative à la transition énergétique pour la croissance verte. Elle s’appuie pour cela sur des partenariats forts avec les communes, l’ALEC-OE (Agence Locale de l’Énergie et du Climat-Ouest Essonne) et l’ADEME (Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’Énergie). De nombreux acteurs locaux sont associés à l’élaboration et à la mise en œuvre du PCAET : acteurs institutionnels et académiques, entreprises, associations, citoyens…

Quelles sont les étapes de ce projet ?

Le projet comprend différentes étapes :

  • la réalisation d’un diagnostic partagé
  • l’élaboration d’une stratégie territoriale qui définit les enjeux et objectifs
  • la définition d’un programme d’actions
  • le suivi et l’évaluation des actions

Le PCAET est mis en place pour une durée de 6 ans et devra être adopté avant le 31 décembre 2018. 

Quels sont les objectifs du PCAET ?

Les objectifs nationaux inscrits dans la loi de transition énergétique pour la croissance verte à l’horizon 2030 :

  • Réduction de 40 % des émissions de gaz à effet de serre par rapport à 1990
  • Réduction de 20 % de la consommation énergétique finale par rapport à 2012
  • 32 % d’énergies renouvelables dans la consommation finale d’énergie

Informations annexes au site