Transports , Transition énergétique

L’agglo et votre ville roulent pour vous !

Renforcement du service navette de l’agglo

Publié le

Déployé sur une dizaine de communes du territoire, le service des navettes de l’agglo évolue.

Un service adapté après concertation

Cofinancées par les villes et l’agglomération, ces navettes en libre accès, desservent les quartiers peu ou pas desservis par les lignes régulières. Objectif donc : offrir un accès à la gare RER, au collège, gymnase, centre-ville, marché ou centre médical.

Courant 2021, en amont du renouvellement du marché avec les prestataires qui gèrent les navettes, l’agglomération a mené une concertation avec les villes et les usagers pour envisager les points d’amélioration du service. Et après quelques mois de travail pour une mise en place opérationnelle, le nouveau service est lancé.

Évolutions et nouveaux circuits

Depuis le 1er janvier 2022, certains circuits évoluent comme à Ballainvilliers, Longjumeau, Morangis, Chilly-Mazarin, Epinay-sur-Orge, Massy et Villebon-sur-Yvette, avec ce même objectif de relier les différents quartiers aux lieux de vie, ou autre point d’intérêt de la commune.

De nouveaux circuits voient le jour :

  • À Igny et Vauhallan pour compléter la ligne 15 qui ne circule pas le dimanche ;
  • À Orsay et les Ulis pour rejoindre le marché des Ulis et Courtaboeuf.
  • À Verrières-le Buisson et Massy, le nouveau circuit relie le centre-ville de Verrières-le-Buisson, la gare RER Massy-Verrières et le pôle administratif et commercial de Massy-Opéra.
  • À Palaiseau, 2 nouveaux circuits le dimanche, pour desservir le marché

Enfin, pour répondre à leur succès, certaines navettes augmentent leur capacité, passant de 9 à 40 places !

 

Retrouvez l'ensemble des circuits et horaires de vos navette ici

Des navettes plus propres

Ces navettes restent en accès libre et roulent pour certaines déjà au bio GNV (gaz naturel obtenu de la méthanisation de déchets organiques divers). Ce carburant bénéficie d’un impact sur l’environnement particulièrement réduit par rapport aux carburants d’origine pétrolière : *réduction de la pollution chimique (80 % de CO2, 50 % de NO2 et 90 % de particules fines en moins), sonore (deux fois moins bruyante) et olfactive (pas d’odeur de combustion).

D’ici la fin de l’année, l’ensemble des circuits devraient être équipés de véhicules GNV.

 

*Source Île-de-France Mobilité